Alcool: tout savoir sur le fonctionnement, les effets et risques

691

Pour éviter les dangers liés à l’alcool, il est important de connaître les conséquences pour la santé et la vie !

Qu’est-ce que l’alcool ?

Toutes les boissons alcooliques contiennent la même molécule : l'éthanol (ou alcool pur).

L’éthanol provient de la fermentation de fruits, de grains ou de tubercules. La fabrication de certaines boissons alcooliques comporte une étape de distillation, qui permet d’augmenter la concentration en alcool.

Les boissons alcooliques se différencient par leur goût et leur concentration en éthanol, mais sont toutes toxiques et peuvent conduire à l’ivresse. Certaines boissons sont plus concentrées en alcool pur que d’autres, mais elles sont généralement servies en plus petites doses.

En réalité, les boissons telles qu’on les sert dans les bars, restaurants ou boîtes de nuit contiennent toutes approximativement la même quantité d’alcool pur : soit environ 10 grammes. C’est ce qu’on appelle un verre standard, ou encore une unité alcool.

Alcool

Que devient l’alcool dans notre organisme ?

Après consommation, l'alcool passe dans l'œsophage et se retrouve dans l'estomac. 20 % de cet alcool traverse la paroi de l'estomac pour se retrouver dans le sang. Le reste passe dans l'intestin grêle, qui l'assimile rapidement.

L'alcool atteint le cerveau, après 10 minutes environ, par le sang. C'est alors que cette partie du corps et le système nerveux en subissent les effets (narcotiques). L'assimilation de l'alcool dure plus longtemps si on n'était pas à jeun à ce moment-là.

C'est le foie qui traite en majorité l'alcool, à savoir à 95 %. Les 5 % restants finissent dans les urines, la sueur et l'haleine. Il faut en moyenne 1,5 h au foie pour pouvoir éliminer l'alcool contenu dans un verre standard.

Qu’est-ce que l’alcoolémie ?

L’alcoolémie est le taux d’alcool dans le sang. Elle varie selon la quantité d’alcool consommée, mais aussi en fonction de plusieurs critères : le sexe, l’âge, le poids, les facteurs individuels (capacité d’élimination, état de santé, fatigue…), les conditions de consommation (ingestion rapide, estomac vide, prise de médicament…), le mode de vie et bien d'autres.

Chaque personne réagit donc différemment à l'alcool et on peut affirmer que les femmes réagissent plus vite et plus intensément aux effets de l'alcool que les hommes et sont aussi plus vulnérables aux effets néfastes.

Petit rappel : Un verre standard d'alcool, conduit à un taux d'alcoolémie de 0,2g/L chez les hommes et 0,3g/L chez les femmes.

Mais que se passe-t-il quand on boit de l’alcool ?

L’alcool agit sur le fonctionnement de notre cerveau : il modifie la conscience et les perceptions, et donc nos comportements.

Consommé à faibles doses, l’alcool désinhibe et procure une sensation de détente, de plaisir, d’euphorie, voire d’excitation. Les réflexes commencent à diminuer.

Consommé à plus fortes doses, l’alcool provoque l’ivresse : mauvaise coordination des mouvements, troubles de l’élocution, diminution des réflexes et de la vigilance, somnolence, etc. Des pertes de mémoire, des délires et des hallucinations peuvent aussi survenir.

cerveau

L’alcool a plusieurs types d’effets :

  • des effets immédiats, essentiellement sur le cerveau, qui se manifestent quelques minutes après la consommation et peuvent durer plusieurs heures. Durant toute cette période, le fonctionnement du cerveau et le comportement sont perturbés, ce qui entraîne des risques spécifiques ;
  • des effets à long terme sur différents organes, avec une augmentation du risque de développer de nombreuses maladies.

Découvrons maintenant les effets de l'alcool sur le cerveau en image:

  • Activité neuronale d'un jeune de 15 ans : non buveur à gauche et buveur à droite.

Sous l'emprise de l'alcool (à droite), le cerveau du jeune n'est pas en mesure de réfléchir normalement, encore moins de faire preuve de jugement (il en est de même chez les adultes).

Activité neuronale jeune 15ans

  • Comparaison entre IRM de deux hommes de 43 ans : l'un normal, l'autre alcoolique.

Le cerveau de l'homme alcoolique à droite est massivement rétréci en raison de la perte de cellules.

IRM homme 43 ans

Quels sont les risques ?

Dans certaines situations particulières, toute consommation d’alcool, même faible, peut devenir dangereuse :

  • pendant toute la durée de la grossesse et de l’allaitement,
  • pendant l’enfance,
  • quand on conduit un véhicule ou une machine,
  • quand on exerce une activité qui nécessite de la vigilance,
  • quand on prend certains médicaments (voir leur notice),
  • dans certaines maladies aiguës ou chroniques.

Le binge drinking: mode de consommation excessif sur une courte période de temps: Outre le coma éthylique, le risque accidentel est énorme, et pas seulement sur la route. Lorsque vous consommez autant d’alcool en si peu de temps, vous perdez le contrôle, c’est le « trou noir », et vous pouvez vous mettre en situation de danger : noyades, bagarres, accidents arrivent malheureusement trop souvent.

L’alcool au volant : Il augmente le temps de réaction, diminue les réflexes, la vigilance et la résistance à la fatigue. Il perturbe la vision, l’estimation des distances et la coordination des mouvements. De plus, son effet désinhibant amène à sous-évaluer le danger et à prendre des risques. C’est pourquoi il est dangereux de conduire un véhicule lorsqu’on a consommé de l’alcool.

En France, il est interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure ou égale à 0,5 g/L, ce qui correspond à peu près à la consommation de 2-3 verres standards.

Pour les permis probatoires, ce taux est ramené à 0,2 g/L (0.2 g/l = 0 verre d'alcool ; dès le 1er verre, ce seuil peut être dépassé).

Rappel: Il y a le même degré d'alcool (proportion d'alcool)

Correspondance degré alcool

Les effets de l’alcool commencent à apparaître dès le premier verre, même si l’on ne s’en rend pas compte. Le plus prudent est donc de ne pas boire du tout d’alcool lorsqu’on est amené à conduire un véhicule.

clès

Les conséquences sur la santé à long terme :

Une consommation régulière et excessive d’alcool (plus de 3 verres standards par jour en moyenne pour les hommes, plus de 2 verres standards par jour en moyenne pour les femmes) augmente le risque de développer de nombreuses maladies : certains cancers, des maladies cardiovasculaires et digestives, des maladies du système nerveux et des troubles psychiques.

L’alcoolodépendance est souvent appelée « alcoolisme » dans le langage courant. La dépendance à l’alcool n’est pas définie par une fréquence de consommation ou par une quantité bue. Le symptôme clé de l’alcoolisme est la perte de maîtrise de sa consommation d’alcool : à ce stade, boire de l’alcool est devenu un besoin.

Sources :

Jeune.gouv

Aide-alcool

Alcool-espace

Justdose

Menu

Paramètres